Image Image Image Image Image Image Image Image Image

11 oct.

Par

No Comments

Voyage à vélo au Canada

11 octobre 2018 | Par | No Comments

Elroy est canadien. Il a eu le plaisir de tester sa remorque Aevon Kit L80 sur les sentiers du parc national Jasper.

En août dernier, nous avons décidé avec des collègues de partir 3 jour dans la Fryatt Valley (Alberta, Canada).
Il n’est pas toujours facile de voyager dans la cambrousse avec un enfant donc nous avons longuement discuté de la meilleure façon de faire et avons décidé de bivouaquer. Ils prendraient leur remorque enfant (à 2 roues) mais avec un enfant, ça laissait peu de place pour l’équipement.
J’ai commencé à chercher une remorque à vélo et après de longues recherches sur internet, j’ai décidé de commandé la remorque Kit L80. Elle était facile à plier et à transporter en voiture pour le trajet jusqu’à la vallée. J’ai pu mettre tout mon équipement dans la remorque, avec une partie de l’équipement de mes collègues et la nourriture du chien.

voyage à vélo

J’ai beaucoup lu sur le débat entre le choix de sacoches ou d’une remorque pour voyager à vélo mais pour bivouaquer dans des endroits reculés, il n’y avait aucun doute qu’une remorque à une seule roue, fixée sur la tige de selle était la seule solution. Des sacoches auraient été trop larges pour les sentiers et une remorque fixée sur la roue arrière auraient eu un trop grand axe de rotation.
Nous avons été surpris par le bon comportement de la remorque. Vous oubliez tout simplement qu’elle est là. Vous sentez simplement le poids en côte. La Kit L80 suivait parfaitement le vélo. On ne peut pas en dire autant de la remorque à 2 roues. Elle s’est renversée quelques fois. Heureusement sans problèmes pour son occupant !

La majorité du trajet était particulièrement accidentée. J’ai positionné l’amortisseur de la remorque sur le second cran pour améliorer la garde au sol et je n’ai jamais été gêné pour passer un obstacle. J’ai réduit un peu la pression de l’amortisseur conformément aux instructions du manuel pour m’adapter au poids que je transportais.
Je ne sentais pas la remorque derrière moi, même sur les passages difficiles. Un trajet tout en douceur ! Et pourtant la remorque était beaucoup plus chargée que si j’avais uniquement transporté mon équipement.

Nous avons démarré près des cascades d’Athabasca et suivi la rivière jusqu’à retrouver la magnifique Fryatt valley. Le sac de ma remorque était parfaitement étanche. Nous avons traversé quelques rivières avec la remorque en partie immergée. Pas une goutte d’eau dans mon sac. Après inspection, j’ai constaté que les coutures étaient thermo-soudées.
Ici mon collègue montre comme il était simple de traverser une rivière :
remorque à vélo

Quelques obstacles étaient un peu plus compliqués ;-) :
kit l80

Vue de la rivière Athabasca alors que nous entrons dans la Fryatt Valley :
voyage en vélo
canada

Nous sommes arrivés tard à Lower Fryatt et avons dû pédaler les dernières kilomètres et installer notre campement dans le noir avec nos lampes frontales. Il a plu assez fort cette nuit-là. Nous avons pendu la nourriture en hauteur dans un filet à ours pour éviter de les attirer mais la remorque est restée sous la pluie et est restée parfaitement sèche à l’intérieur.

pédaler

Un pont sur Fryatt Creek :
partir en vélo

J’ai pu traverser des ponts sans m’inquiéter :
voyage en vélo

C’était une piste géniale. Je dois dire que j’ai attrapé le virus du bivouac et que je vais repartir au plus vite avec ma remorque à vélo Aevon.

‘Happy cycling!’

voyager à vélo

Envoyer un commentaire