Image Image Image Image Image Image Image Image Image

bike trip

12 mars

Par

No Comments

De El Calafate à San Sebastian en vélo

12 mars 2019 | Par | No Comments

Bertrand voyage en STD 100 du Mexique jusqu’en Ushuaïa.
Pour cette partie du voyage, Bertrand est accompagné de Lupe, cycliste courageuse puisqu’elle n’a jamais fait plus de 50km à vélo. Ce tronçon s’annonce donc particulièrement sportif.

voyage à vélo

Les premiers jours à vélo sont ce que Bertrand appelle : « un vrai cadeau de la Pachamama. Peu de vent et un soleil de fou accompagné de fortes chaleurs. 30 degrés au thermomètre dans le sud patagonien. Plus de 100 ans qu’ils n’avaient pas eu de telles températures« .

Pour passer la frontière entre le Chili et l’Argentine, Bertrand et sa partenaire de voyage sont contraints de consommer tous leurs fruits et légumes. En effet, il n’est pas possible de traverser la frontière avec des produits frais, du fromage ou encore de la viande.

« Lupe tient bien le choc et s’habitue rapidement à la routine vélo. Elle ne manque pas d’énergie et de tempérament. De plus, on a eu assez de chance sur ce tronçon avec à chaque fois des zones de bivouac très accueillantes avec quasi tout le temps une rivière ou un lac pour se rafraîchir après une bonne journée. »

remorque à vélo

Au bout de 5 jours à vélo et en bivouac, les deux voyageurs font une halte bien méritée à Puerto Natales.
Ils y sont hébergés par une amie chilienne pour 3 jours de dégustation et un peu de cuisine pour préparer quelques pâtisseries pour les jours de vélo à venir.

Ils traversent ensuite le détroit de Magellan en bateau, direction l’île de la ‘Terre de Feu’ !

Pour éviter un vent de face assez virulent, ils décident de pédaler sur les grands axes plutôt que de traverser l’île. La vue donne sur la baie et les falaises magnifiques qui la bordent.

voyage à vélo

Après deux jours de pédalage, ils arrivent au poste de contrôle de San Sebastian.

05 févr.

Par

No Comments

A vélo au Chili

5 février 2019 | Par | No Comments

Retrouvons Bertrand, notre voyageur à vélo d’Amérique Latine, filant en direction d’Ushuaïa.

Il se souviendra longtemps de son arrivée au Chili, marquée par 5h de vélo sous la pluie et d’une belle crevaison.
« Cette journée me fera plier et je céderais donc à une nuit dans une auberge de jeunesse au sec avec douche et un peu de chaleur pour sécher l’ensemble de mes vêtements. »

Le soleil refera son apparition pour éclairer la Patagonie Chilienne, une merveille. « On est là, pauvre petit être au milieu de cette immensité, quasi seul pour en profiter… »

Avant de retourner sur la fameuse Carretera Austral, cette route longue de 1 240km à travers la Patagonie, Bertrand fait une halte dans un petit village du nom de Villa Santa Lucia. Ce village a subi une grave catastrophe l’année précédente, la moitié du village étant emportée par une coulée de boue. C’est un pan de glacier qui s’est décroché et a causé la rupture d’une partie de la montagne, entraînant la boue jusqu’au village. Rappel que même au fin fond de la Patagonie, le réchauffement climatique se fait sentir.

S’enchaînent alors plusieurs jours de vélo au soleil sur la Carretera Austral jusqu’à Coyhaique, la plus grande ville de Patagonie (55 000 habitants.) La route est agréable, très peu fréquentée, elle sillonne entre montagnes et cours d’eau.
« C’est peut-être la plus belle portion qu’il m’ait été donné de voir et parcourir durant ce trip, jugez par vous-même. »
remorque pour velo
voyager à vélo
aevon

Bertrand aura la chance de découvrir des cavernes de marbre au bord d’un lac, une petite excursion touristique qu’il partage avec nous.
remorque Aevon
bike trip

Arrivé au village de Cochrane, Bertrand décide d’y passer le weekend pour cause de mauvais temps. ll profitera de cette halte pour participer avec les locaux au tournoi de ‘Truco’. Il s’agit d’un jeu de carte local. « Autant dire que le folklore local était bien présent. Un bon moment passé. »
voyage au Chili
Retour sur les routes qui mèneront Bertrand à son premier ferry. La Carretera Austral comporte trois tronçons de ferry.
voyage à vélo

Suite au prochain épisode.

22 janv.

Par

No Comments

A vélo en Argentine

22 janvier 2019 | Par | No Comments

Voici les dernières nouvelles de Bertrand, notre voyageur à vélo d’Amérique du sud.

Bertrand a fait une pause de quelques mois à Bariloche, en Argentine.
Bariloche est bien localisé avec plusieurs spots de grimpe différents. Bertrand a eu l’impression de retrouver un Annecy local, un endroit où on peut facilement profiter des activités de la montagne et prendre une petite bière en fin de journée :-) .
voyage à vélo
Durant cette pause dans son aventure, Bertrand a pu partager son expérience grâce à 2 interviews télévisées, la première pour une chaîne locale : Winter Channel et la seconde pour une chaîne de sport couvrant toute l’Amérique Latine : Fox Sport Channel Latino America.

Une école publique locale a également organisé une rencontre avec des élèves de CM1/CM2 pour discuter de voyage. Bertrand a choisi de parler du respect de l’environnement, de l’importance des langues et de la réalisation de ses projets personnels. Une jolie rencontre qui lui donne envie de renouveler l’expérience à son retour en France.

voyage en Argentine

Après ces quelques mois de pause, Bertrand se retrouve de nouveau seul sur la route, direction El Chalten, plus au sud, pour environ 1400km et pas mal de dénivelé.

remorque à vélo
« Ces 4 jours en Argentine sont magnifiques. Je passe par le Parc National de Los Alerces. Par chance, pas de pluie sur ces tronçons, de quoi apprécier à fond l’environnement dans lequel je me trouve et la beauté de celui-ci. On m’avait prévenu de la beauté du Paso Futaleufú, et bien je dois dire que je ne suis pas déçu. Une longue vallée sillonne entre des montagnes et finit par se rétrécir pour n’y laisser passer qu’une rivière, le río Futaleufu. »

voyager à vélo

remorque pour vélo

Nous retrouverons Bertrand au Chili pour le prochain épisode.
voyage à vélo

21 déc.

Par

2 Comments

Trip en Suisse

21 décembre 2018 | Par | 2 Comments

Nous rejoignons Nicolas sur les routes suisses tandis qu’il poursuit son année sabbatique à vélo et remorque Aevon KIT L80.

Après avoir parcouru les Alpes, Nicolas a rejoint le GRE4 pour un voyage en toute nature, loin des routes principales.
voyage à vélo

« J’avais un peu d’appréhension sur l’idée de suivre les GRE sans avoir d’informations précises sur le type de terrain, la roulabilité, les possibilités de contournement de sections inadaptées au VTT + remorque. »

C’est avec grand plaisir qu’il découvre une alternance de pistes, singles tracks et routes forestières. Les paysages de forêts et de prairies s’élargissent lorsqu’il atteint les crêtes pour laisser apparaître la vallée, le lac Léman, le lac de Neuchâtel.
C’est la fin de l’été et les quelques randonneurs qu’il croise ont toujours un petit mot d’encouragement.

La difficulté principale des sentiers du canton de Vaud sont les clôtures et petits murets qui délimitent les pâturages. « En une journée, je suis devenu un expert du démontage et du remontage de clôtures ! »
voyage à vélo

De toute évidence, la Suisse a à coeur d’entretenir ses sentiers. La signalisation est très claire avec un itinéraire piéton et un itinéraire VTT, sachant que les VTT sont aussi tolérés sur les itinéraires piétons.
remorque à vélo
remorque
Nicolas a eu l’occasion de faire un bout de route avec un groupe de VTTistes suisses très sympathiques. Ils l’aideront à porter d’un coup le VTT et la remorque au-dessus d’une clôture, pas besoin de la démonter.

Moment important de cette transjurassienne, la montée de la crête du Mont Chasseral par une petite route ultra fréquentée le dimanche. « Passé le sommet a 1600m, je laisse les centaines de promeneurs motorisés pour la magnifique longue crête qui part plein Est. »

Le relief continue jusqu’au lac de Constance où la partie suisse du périple s’achève.

Nicolas tire un constat plutôt positif de ce trip en Suisse :
- « La Suisse possède un merveilleux réseau de sentiers qui sont parfaitement balisés et en parfait état. Le GRE4 ou transjurassienne suisse est praticable à 80% en VTT + remorque. Les itinéraires alternatifs sont multiples. Surtout pour les montées de plus de 300m D+. »
- Il constate aussi que beaucoup se déplacent à vélo et tout a été aménagé pour faciliter ces déplacements. Par contre il a croisé peu de voitures électriques et plus de véhicules type SUV qu’en France.

04 déc.

Par

No Comments

En VTT, à travers l’Europe

4 décembre 2018 | Par | No Comments

C’est en lisant régulièrement des récits de voyages dans le magazine Carnets d’Aventure que Nicolas a décidé de profiter de la vie autrement, en partant en voyage à vélo pendant 1 an.

L’idée était de s’immerger en pleine nature, loin du tumulte de la civilisation. S’amuser et se dépenser, tout en limitant l’impact de l’aventure sur l’environnement.

Nicolas est parti seul, espérant trouver des compagnons de voyage sur la route, peut-être des gens lisant ce blog ou son aventure sur le site Expemag.

Pourquoi l’Europe ?

« L’avantage de voyager en Europe c’est que cela permet de partir et de revenir chez soi, pour repartir ensuite dans une autre direction. » L’Europe offre une grande diversité de milieux naturels et de cultures. On peut aussi y trouver des conditions climatiques favorables.

Voyager oui, mais comment ?

En VTT, accompagné d’une remorque tout-terrain, le modèle KIT L80, pour transporter le matériel nécessaire au voyage ainsi que le matériel de pêche et un ukulélé :-) .

Nicolas a fait ses premiers tests en Ardèche :
voyage à vélo
remorque à vélo

Le voyage a démarré en septembre par un trip dans les Alpes avec une première semaine particulièrement physique.

« Je pratique le VTT régulièrement en montagne et depuis presque 10 ans. C’est ce qui m’a orienté dans mon choix de mode de voyage et de parcours.
Malgré tout, avec une remorque à vélo et le chargement, c’est une nouvelle expérience technique et physique.
 »

Avec une remorque, il est conseillé d’évaluer la qualité des chemins en descente. Pousser 35kg de chargement peut devenir assez épuisant. Nicolas conseille, pour préserver le matériel et le pilote, de respecter un niveau maximum de descente de T3 (échelle de difficulté VTTOUR.)
voyage europe

La météo a été particulièrement clémente durant cette première semaine. Une seule journée orageuse a fait dévier l’itinéraire pour une route et un col moins élevés que prévu.
remorque à vélo
voyage à vélo

Direction la Suisse pour la prochaine étape de ce périple.

04 sept.

Par

No Comments

Voyager à vélo

4 septembre 2018 | Par | No Comments

Après 6 mois de vélo quasi non-stop, c’est le moment de faire une pause pour Bertrand. Le moment aussi de nous faire partager son plaisir de voyager à vélo et à remorque Aevon.

remorque à vélo

Voyager à vélo pour Bertrand c’est être en mouvement permanent, un moyen de mettre la routine à distance. On ne peut qu’avancer. S’arrêter revient à chuter ou à rester temporairement en équilibre. « Le mouvement est de mes éléments moteurs et motivateurs. »

C’est aussi un moyen de montrer sa résistance (physique et mentale) et de clamer haut et fort son attachement à la cause environnementale. Voyager à vélo c’est assumer ses propres choix. C’est aussi, par la force des choses, se dépasser physiquement.

Avant tout, pédaler est régulièrement cité comme un synonyme de liberté. Liberté de mouvement, de choix, de direction et d’envies. On peut décider la veille de la route du lendemain, aucune contrainte et aucune restriction.

Enfin, le vélo semble transmettre tout naturellement un sentiment de paix intérieure. On retrouve aussi cette sensation avec les paysages magnifiques rencontrés en voyage avec une nature omniprésente.

Les 6 derniers mois de voyage ont permis à Bertrand de valider ces valeurs au quotidien. Il est l’heure tout de même de s’accorder une petite pause et de laisser vélo et remorque se reposer quelques semaines. Ce sera l’occasion de retrouver les joies de la montagne et du ski entre amis, et pourquoi pas de faire la rencontre d’autres voyageurs. En pratiquant le ‘couch-surfing’ (qui permet de dormir chez l’habitant gratuitement), Bertrand a rencontré de nombreux voyageurs comme lui lorsqu’il vivait à la Rochelle ou tout au long de ses voyages. C’est une très bonne façon de créer du lien et c’est avec des personnes rencontrées de cette manière qu’il passera le mois de septembre.

Bertrand reprendra donc la route en octobre pour de nouvelles aventures.

21 mars

Par

No Comments

Faire un safari à vélo

21 mars 2018 | Par | No Comments

Le cyclotourisme au Kenya, une activité promettant des expériences sensationnelles

Besoin d’entrer en contact avec la nature africaine ? Il existe mille et une façons de réaliser cette expérience, et le cyclotourisme en fait partie. Cette activité permet avant tout de parcourir de grandes distances pour voir ensuite, dans un pays, des panoramas enchanteurs et beaucoup d’animaux sauvages. Tout en pédalant, les randonneurs pourront surtout joindre l’utile à l’agréable, puisque ce type de loisir est un réel remède miracle contre le stress et apporte beaucoup de bienfaits pour la santé en général. De nombreux touristes se rendent en Afrique pour pratiquer du safari en VTT ou pour partir tout simplement à la rencontre d’une destination hors du commun. Envie de ressentir les sensations que cela donne ? L’idéal serait alors de faire un petit saut au Kenya et visiter les adresses authentiques de cette contrée en vélo.

Réaliser du safari en VTT au parc national de Hell’s Gate

Enfin décidé à faire un voyage au Kenya ?
Pourquoi ne pas pratiquer du safari en vélo tout terrain et partir à la découverte des richesses fauniques kenyanes ? Ces activités promettront sûrement aux aventuriers des expériences riches en émotion. Les randonneurs pourront, par exemple, pratiquer du cyclotourisme dans le parc national de Hell’s Gate, un immense site qui se situe au sud du Lac Naivasha au Kenya. Facile d’accès, cette grande réserve se place exactement à 14km de l’embranchement de l’ancienne voie qui relie Nairobi et le lac Naivasha. De plus, elle se trouve non loin de la fameuse Vallée du Grand Rift, ce qui permettra aux cyclistes amateurs de faire des sports outdoor ou des sessions d’escalade. Par ailleurs, les routards en quête de sensations fortes seront également ravis de pédaler en direction des superbes falaises rouges de cet espace naturel. Là, ils pourront faire une petite pause pour prendre une photo de ce paysage merveilleux. Sinon, les touristes explorateurs pourront enfourcher un VTC pour visiter les lieux où vivent des girafes, des zèbres, et même des impalas. Pour terminer leurs excursions en beauté, un passage au circuit Buffalo est à privilégier. Avec une quinzaine de boucles de kilomètres à sillonner, cette partie du parc saura certainement séduire ceux qui aiment le goût du risque.

Faire du circuit en vélo dans l’Ouest du Kenya

Le Kenya est une destination touristique par excellence, et il donnera aux étrangers l’occasion de parcourir des sentiers de randonnée en vélo. Pour les amateurs de cyclisme, ce territoire africain est, en effet, l’adresse idéale pour pratiquer cette activité, étant donné la variété des attraits qui s’y trouvent et l’originalité des paysages kenyans. Pour ne rien rater d’un voyage dans cette contrée donc, il est recommandé de rouler en VTT depuis Nairobi vers le Nord, et atteindre ensuite la piste qui mène au lac Bogoria. Ce dernier est l’un des sites les plus spectaculaires du Kenya, car les colonies de flamants qui y vivent offrent aux visiteurs un panorama époustouflant à admirer de près ou de loin. À part cela, les lieux avoisinants sont également attrayants. En continuant à pédaler, les bourlingueurs arriveront sans doute à Eldoret, puis ils passeront à Kabarnet avant de camper à Iten, une agglomération du comté d’Elgeyo-Marakwet.

14 févr.

Par

No Comments

Le Pérou à vélo, la suite

14 février 2018 | Par | No Comments

Nous retrouvons Bertrand en route vers la Cordillère Blanche.

Durant les 10 premiers jours de voyage à vélo, force est de constater que question environnement, le Pérou n’est pas beaucoup mieux placé que ses voisins avec ses routes bordées de déchets.

perou à vélo

Le soir du premier de l’an, Bertrand se retrouve au nord du Pérou dans une ville appelée Sullana.

remorque à vélo

Difficile de trouver un hébergement ce soir-là. « Je me ferai refouler de 3 stations de pompiers pour cause d’aucune présence du personnel. Ils filent tous en soirée ! Au tombant d’un virage, dans ma quête de logement, une famille, en mode hamac, est posée là. Ils possèdent une affaire de lavage et stationnement de voiture. Ils me proposeront direct le toit pour y poser mon hamac pour la soirée et la douche. »

Suivent 2 jours à pédaler dans le désert pour 250km. Rapidement, les cabanes se raréfient, les arbustes aussi, le vent se fait de plus en plus présent et le soleil tape.

« Du vent jour et nuit. Voilà de quoi sera fait le programme des jours suivants. »

voyage à vélo

A la sortie du désert, Bertrand retrouvera de la verdure avec des rizières, mais aussi des champs d’oignons, de piments, poivrons, patates et fèves. »Le Pérou et sa diversité c’est parti, qu’elle soit gastronomique, dans les paysages, dans les cultures agricoles ou la culture en général. »

Débute alors la Cordillera Negra et ses montages. « Pas de végétation. De la pierre, du cailloux, de la terre et du sable, le tout en pagaille ! On a un peu l’impression d’évoluer dans une immense carrière toute retournée, et nous, petit machin, on sillonne au milieu. »

Passage d’un col à 4219m avec vue sur Huaraz et la Cordillère Blanche. « Mes premières neiges ! Pour fêter ça, sachant qu’il me reste 25 bornes de descente pour plonger sur Huaraz, et bien c’est petit extra : un bout de chocolat, bon pote des grands jours. »
voyage

Bertrand arrivera à Huaraz sous le soleil malgré la saison des pluies.

29 janv.

Par

No Comments

De l’Ecosse à Lille : le film

29 janvier 2018 | Par | No Comments

Elisa & Valentin nous font partager leurs aventures à vélo et remorque Aevon. De l’Ecosse à l’Angleterre, de la Hollande au nord de la France, ils ont pu tester le transport de leur remorque en avion, en train et même en ferry :

ecosse
oRL7i2_hlCs

Leur trajet leur a permis de tester leur matériel dans toutes les conditions climatiques puisque la pluie a été de la partie en Ecosse mais surtout aux Pays-Bas.
Pour ce type de voyage, essentiellement sur piste ou route, ils recommandent tout particulièrement la remorque UNO 100. Sans parler du transport de leur matériel, elle leur a grandement facilité le contact avec les locaux, certains les accueillant même pour camper dans le jardin. Leur équipage attisait la curiosité des passants et permettait d’engager la conversation.

Ils ont trouvé que les paysages écossais étaient magnifiques mais ont trouvé très difficile de devoir cohabiter avec les fameux ‘midges’, des moucherons particulièrement voraces qui sortent le soir et sévissent toute la nuit.
Eux qui sont sportifs, mais ne font pas de vélo au quotidien, se sont surpris à avaler rapidement les kilomètres, passés les douleurs des premiers jours. Ils ont pu faire des pointes jusqu’à 70km/h en descente, avec la remorque.

Leur voyage leur a fait prendre vélo, train puis ferry, l’occasion de confirmer que la remorque peut vous suivre n’importe où.

Rappelons que le modèle UNO 100 est dédié à un usage sur voie praticable puisqu’il est en acier et ne dispose pas d’un amortisseur. Pour vos trajets en mode tout-terrain, privilégiez une remorque en aluminium avec un amortisseur telle que la STD 100 ou la KIT L80. La KIT L80 est pratique pour les transports en avion car entièrement pliable.

22 nov.

Par

No Comments

Lost in the Swell dans Carnets d’Aventures

22 novembre 2017 | Par | No Comments

Carnets d’Aventures c’est le magazine dédié au voyage nature.
voyage à vélo

Leur dernier numéro revient sur Lost in the Swell, ce trio d’aventuriers bretons qui s’est rendu quelques semaines au Gabon longeant la côte avec leurs fat bikes et remorques Aevon à la recherche des plus belles vagues à surfer.

Ils reviennent sur leur incroyable aventure.

Ronan, Ewen et Aurélien se connaissent depuis plus de 15 ans. Rapidement ils se sont trouvés une passion commune pour le surf et l’aventure. Ronan avait en plus une affinité particulière avec la vidéo et la photo. Chaque été ils sillonnaient les côtes bretonnes à la recherche des spots de surf les plus tranquilles. Un jour, insatisfaits de la routine de leur quotidien, ils décident de voir s’il est possible d’allier leur passion du surf avec un mode de vie plus respectueux du quotidien.

Leur première expérience s’est déroulée sur une île déserte en Indonésie. Avec 2 poules, 10kg de riz et 40L d’eau douce, le trio a réussi à rester sur place durant 23 jours, une aventure qui les a soudé. La web-série qui en a découlé a beaucoup plu sur internet et les a incité à continuer dans cette voie.

Leur seconde expérience s’est passée aux îles Solomon durant 3 mois à bord d’un bateau.

Pour leur voyage au Gabon, le trio tenait à longer la côte ce qui permet de mieux évaluer les spots de surf. Ils ont donc choisi de circuler en fat bikes avec des pneus XXL et des remorques Aevon STD 100 équipées d’une roue extra large qu’ils ont adapté eux-mêmes. Chacun transporte 70kg de matériel, les efforts à fournir sont donc considérables et les aventuriers se reposent souvent, parfois toutes les 15 à 20mn sous une chaleur de plomb.
remorque à vélo
AEVON STD 100

Leur aventure a fait l’objet d’une web-série diffusée dans quelques cinémas en France et récompensée dans plusieurs festivals d’aventure. Vous pouvez visionner les différents épisodes en ligne sur leur chaîne Youtube.