Image Image Image Image Image Image Image Image Image

aevon

17 oct.

Par

No Comments

Sur les traces de Pablo (suite)

17 octobre 2017 | Par | No Comments

Bertrand nous écrit de Colombie où il vient de débarquer après deux jours de bateau depuis le Panama. A vélo et remorque Aevon STD 100 il nous raconte ses premières impressions du pays.

voyage à vélo

« Les premiers jours à rouler en Colombie sont trop beaux. Plein de petites plaines et prairies vallonnées toutes verdoyantes, avec des petits palmiers. C’est aussi le retour aux routes normales, bordées d’arbres, et donc d’ombre. Des petites cases partout, des gens souriant, de la musique à toutes les cases, des vendeurs de fruits à droite à gauche….bref de la belle énergie… »

Bertrand passe sa première nuit chez les pompiers qui ne disposent que d’un pick up, d’une cabane avec une cuisine et WC. Ils accueillent volontiers tous les gamins du quartier.
remorque à vélo

Le premier jour à vélo, il rencontre Oscar, un boulanger à moto qui lui offre du pain et lui prodigue quelques conseils religieux.
Le lendemain, c’est Juan de Bogota qui traverse la Colombie à vélo pendant un mois. Ils se rendent tous deux à Medellin et décident de faire route ensemble. C’est le début des montagnes colombiennes.

La route longe l’un des deux principaux fleuves de Colombie, le Rio Causa. « Elle serpente, monte et descend gentiment, est ombragée, et bordée de ces petites prairies verdoyantes vallonnées où chevaux et vaches y paissent paisiblement… Ce bout de route était réellement trop beau et c’est tellement agréable de pouvoir jouir de tout ça en vélo… »

A Medellin, Bertrand est accueilli par bon nombres de locaux et les derniers 40km se feront à allure d’escargot pour saluer tout le monde. Ici, il fera un arrêt de quelques semaines pour se ressourcer en famille avant de reprendre la route et en profitera pour marcher dans les traces de Pablo Escobar.

A suivre …

11 oct.

Par

No Comments

Sur les traces de Pablo

11 octobre 2017 | Par | No Comments

Après Panama City, Bertrand a tout de suite trouvé une traversée pour lui, son vélo et sa remorque Aevon STD 100.

Son objectif était de s’arrêter un ou deux jours à Panama City afin d’organiser la traversée jusqu’en Colombie en voilier.

Une agence lui propose la traversée sur 5 jours avec un détour par les îles San Blas pour 550$, un peu trop élevé. Finalement, Santiago, un colombien qui réalise la traversée à son compte lui propose un départ le lendemain après-midi. Départ donc le lendemain matin pour une bonne journée à vélo afin de rejoindre le départ de Puerto Lindo.

« Pour gagner un peu de temps sur la route, j’essaye de raccourcir le trajet pour ne pas arriver trop tard sur Puerto Lindo. L’option qui s’offre à moi est un bout d’autoroute qui raccourcit de quelques 20km la distance totale. Dans bons nombres de pays d’Amérique Centrale, un vélo sur une autoroute ça passe large !

Passage du péage, le gars en poste lève à peine le regard de son téléphone. Quelques kilomètres plus loin ce sera un poste de police sur le bas côté. Pareil, je passe, pas de réaction.

Quelques kilomètres plus loin, un pick-up me dépasse, un officier m’ordonne de m’arrêter… La prochaine sortie est à 25km mais il me dit de sortir tout de suite. Il faut que j’aille jusqu’à la sortie. Il file voir le chauffeur du pick-up et revient me dire de charger le vélo et ma remorque STD 100 dans le pick-up. Je profiterai donc de 25km en pick-up climatisé à discuter avant de reprendre la route sous une pluie qui me suivra jusqu’à ma destination… »

Bertrand passe par la seule borne WIFI du village, pas de message de Santiago, pas de nouvelles.
La fin de journée approche, il décide de filer côté marina pour expliquer son cas. Le capitaine du voilier ‘La Sangria’ accepte de l’emmener le lendemain.

« Je travaillerai donc sur le voilier le temps de naviguer jusqu’à Cartagena. Le Sangria lèvera l’ancre le lendemain matin après une nuit forte en pluie, orages et vents, résidus de l’ouragan qui s’abattait quelques jours auparavant sur les îles Saint Martin, Saint Barth & Barbuda… »

dsc06752

Bertrand passera trois jours à naviguer entre les îles San Blas en y jetant l’ancre à quelques reprises pour les admirer. Au passage, il rencontrera le voilier de Santiago…
Arrivée à Cartagena, jour de la visite du pape, le capitaine propose à Bertrand de rester loger sur le bateau le temps qu’il faut caril ne doit pas repartir avant le 18 octobre.

voyage à vélo

06 oct.

Par

No Comments

Le Panama avec ma remorque Aevon

6 octobre 2017 | Par | No Comments

Voici la suite des aventures de Bertrand avec son vélo et sa remorque STD 100 au Panama.

Pour sa première nuit à Tolé au Panama, pas de pompiers ni de Croix Rouge pour l’héberger alors Bertrand choisit l’option ‘église’. La maison du prêtre est un camp dans lequel se trouvent aussi une école, un réfectoire et quelques bâtiments. Bertrand partage son dortoir avec trois autres personnes. Ces gens n’ont pas les moyens de s’offrir un toit et certains sont malades. Cette nuit-là, Bertrand la passe notamment avec un père et son fils :

« Le père a été opéré d’une hernie il y a un mois. Ils ne sont toujours pas rentrés chez eux car Tolé se trouve à simplement une heure de l’hôpital alors que leur maison se trouve beaucoup plus loin. Le père n’est pas en grande forme. Je ne suis pas médecin, mais sa situation fait vraiment peine à voir. Son fils est là pour le soutenir et l’aider à chaque action : se lever, aller au toilette, lui apporter à manger… Il passe son temps au lit. Ce père m’a vraiment touché. »

Au Panama, comme dans de nombreux pays, pas de sécurité sociale si l’on n’a pas les moyens.

Bertrand met son réveil chaque matin à 5h45 pour enfourcher son vélo le plus tôt possible. Pour ce premier réveil au Panama, il était donc 1h en retard… faute au décalage horaire.
Après quelques kilomètres, il fait la rencontre de Cyril, un français d’Aix en Provence, qui lui voyage à vélo depuis 2 ans et a parcouru 50000km. Sur cette route, il rencontre de nombreux autres voyageurs à vélo, dont Marc, un anglais qui fait la route inverse, d’Ushuaïa en Alaska.

voyage à vélo

Les deux premières journées à vélo ne sont pas faciles avec une température de 40°C et une circulation très dense à l’approche de Panama City. Les abords des grandes villes sont toujours compliqués à vélo, quelque soit le pays.

A Panama City, Bertrand est actuellement en quête d’un voilier pour faire la traversée Panama/Colombie. Nous ne retrouverons donc bientôt en Amérique du Sud.

« Ma remorque c’est de la bombe. Agréable au pilotage, pas de ballot ou autre handicap en descente à grande vitesse. Chargement facile et étanche grâce au sac étanche. Elle passe partout et ne laisse personne indifférent. L’amortisseur qui est ajustable en pression pour s’adapter aux différents type de route est un vrai régal. »

30 janv.

Par

No Comments

Retrouvailles, Nouvelle-Zélande : de Timaru à Omarama

30 janvier 2017 | Par | No Comments

Le voyage à vélo de Cyril et Elodie a commencé et c’est en Nouvelle-Zélande que nous les retrouvons, sur les rives des lacs Timaru à Omarama.

remorque à vélo AEVON

Leurs premières rencontres avec les habitants sont très plaisantes, car « les kiwis sont extraordinairement gentils, accueillants, bienveillants, tranquilles et patients. » Pour passer le plus de temps possible avec les locaux et s’immerger complètement dans leur mode de vie, Cyril et Elodie ont choisi de loger chez l’habitant grâce aux sites Couchsurfing et Warmshowers. Pour les soirs où ils ne trouveront pas d’hôtes, ils logeront au camping.

Pour le début du voyage les routes sont plutôt en bon état, il y a beaucoup de pistes cyclables et les autres utilisateurs de la route sont très patients et prudents.

« Les premiers kilomètres ont permis de tester le matériel, ajuster les réglages, se faire un peu les jambes, récupérer en douceur du vol et du décalage horaire. » Sur 5 jours, le couple a parcouru 220km.

« Le concept de centre ville n’existe pas vraiment, les anglais auraient semblent-il bien essayé d’instaurer notre mode de fonctionnement européen mais en vain. En général une route principale bordée de quelques magasins traverse la ville, les habitations se répartissent sur des rues perpendiculaires et les fermes à l’entrée et à la la sortie de la ville. Vous ne trouverez pas de place centrale avec des restaurants et des bars comme chez nous ! »

Après un arrêt à Fairlie, Cyril et Elodie ont pris la route vers les lacs via la State Highway 8. Des pentes très raides et un vent très fort les ont contraint à réduire considérablement leur vitesse jusqu’à atteindre le lac Tepako à 710m d’altitude.

voyage à vélo

Le couple s’est ensuite attaqué à l’un des ‘bike trails’ les plus connus de Nouvelle-Zélande : le ‘Alps 2 Oceans Bike Trail’ pour rejoindre le lac Pukaki, le plus gros lac de Nouvelle-Zélande avec en arrière-plan, une vue imprenable sur le Mount Cook (3754m de hauteur).

« Direction Omarama. Pour rejoindre ce village, nous avons été chanceux : vent dans le dos et légère descente… que demander de mieux, nous pouvons rouler à 30km/h sans trop de soucis. ça remonte bien le moral. »

remorque à vélo

Après 480km parcourus et un dénivelé positif de 1750m, le couple a eu l’occasion de tester l’ensemble du matériel et leurs premiers retours concernant le remorque à vélo KIT L80 sont très positifs :

« Tout notre matériel est facilement transporté par notre « titine »… notre remorque à vélo AEVON qui nous suit partout docilement ! Elle se montre super agile à l’usage et est surtout complètement étanche ! Notre chargement total étant quand même assez conséquent, dans les fortes descentes, elle ne bronche pas (jusqu’à environ 71km/h, testé et approuvé). Le fait que la remorque soit suspendue (avec amortisseur) est très pratique car monter ou descendre n’importe quel obstacle avec un tel poids pourrait s’avérer assez contraignant, voir fatal, pour la jante et le pneu de la remorque sans ce système. Nous sommes actuellement très contents de notre choix et on le recommandera à d’autres « bikepackers » comme nous.
Le panneau photovoltaïque emporté avec nous se montre lui aussi tout à fait à l’hauteur de nos attentes, il nous permet de toujours avoir des batteries pleines pour le GPS et les téléphones. C’est exactement ce qu’il nous fallait !
 »

Nous continuerons de suivre Cyril et Elodie tout au long de leur trajet, n’hésitez pas à consulter leur blog.

11 janv.

Par

No Comments

Lost in the Swell – Un voyage en remorque Aevon

11 janvier 2016 | Par | No Comments

Ronan, Aurélien et Ewen forme un trio de surfers intrépides et grisés par l’aventure au grand air. Ils ont décidé de se lancer dans une aventure à vélo et à dos de surf.
Pour ce périple, ils seront accompagnés de deux remorques à vélo AEVON et de fat-bikes pour mieux adhérer aux plages qu’ils ont l’intention de parcourir.

Ce périple n’est pas le premier à leur actif. Ces trois aventuriers ont déjà une première expérience sur une île déserte et une aventure en bateau sur un petit trimaran, prototype unique au monde sur lequel ils ont visité les Iles Salomon.
STD 100 AEVON
Pour transporter duvets, tentes, combinaisons, vêtements, planches de surf, un panneau solaire et du matériel photo, il fallait une remorque avec une grande capacité de chargement : la STD 100. « Notre choix pour le transport s’est porté sur ces remorques à une roue. Nous avons remplacé la roue arrière par une roue de brouette pour mieux adhérer au sable. » En tout, le chargement atteint les 45kg pour chacune des remorques, soit la charge maximale recommandée.
STD 100 AEVON
Cet automne, l’équipe a testé son matériel en Aquitaine, de Soulac à Capbreton, soit 300km de plages et trois semaines de vélo et de surf. C’est en juillet prochain que le ‘vrai périple’ débutera dans une contrée lointaine et sauvage dont le nom n’a pas encore été dévoilé : ‘On garde le suspense jusqu’au bout’.
STD 100 AEVON

Voici un premier aperçu de leurs aventures :

zp8497586rq
zp8497586rq

Site web Lost in the Swell

09 oct.

Par

No Comments

Remorque électrique pour vélo en promotion

9 octobre 2015 | Par | No Comments

Profitez d’une remise exceptionnelle de 100€ sur la remorque électrique pour vélo équipée d’un kit 1000w.
Le kit Xtrême est un moteur très robuste prévu pour transporter de la charge.
Il est capable de pousser la remorque chargée jusqu’à 45kg, le vélo et le cycliste.

remorque a velo

Il vous suffit de choisir la batterie qui vous convient, en 36 ou en 48v, en fonction de l’intensité de votre utilisation et la vitesse souhaitée.
En terme d’autonomie, vous pourrez atteindre jusqu’à 100km et même plus, en fonction de la capacité de votre batterie.

En mode globe-trotter, la remorque permet d’augmenter le kilométrage de vos sorties et de vous emmener encore plus loin.
Au quotidien, la remorque électrique peut se substituer à la voiture pour transporter vos commissions . Pour les professionnels, il devient facile de se déplacer rapidement d’un point à un autre avec du matériel ou pour réaliser quelques livraisons.

La remorque à vélo Aevon est capable de transporter jusqu’à 45kg de matériel sur route et 35kg en mode tout-terrain. Son cadre aluminium est prévu pour un usage intensif et la fixation sur la tige de selle permet à la remorque de vous suivre dans n’importe quelles conditions et sur n’importe quel terrain.

01 oct.

Par

No Comments

Voyage de noces en STD 100

1 octobre 2015 | Par | No Comments

remorque velo

En juillet 2015, Vincent et Sarah, deux médecins généralistes ont décidé de partir à Istanbul en tandem pour leur voyage de noces.
Afin de réaliser leur projet, Vincent et Sarah ont choisi la remorque à vélo AEVON STD 100 qui leur servira notamment pour transporter leur matériel de bivouac (tentes, duvets…).
L’étanchéité de la STD 100 sé révélera un grand atout pour affronter la météo durant le voyage.

Voici quelques extraits du journal de bord :

« Jour 7 : de Saint-Jean de Losne à Besançon, en passant par Dole : 105 km. Nous parcourons la vallée du Doubs et filons vers la frontière Suisse plus rapidement que prévu.
Jour 12 : de Lörrach à Stühlingen : 105 km. On n’avait pas vraiment prévu de faire autant de kilomètres, mais comme il y a un camping toutes les 50 bornes et que le camping sauvage nous botte moyen, il a fallu faire avec !
Jour 19 : d’Ingoldstadt à Bad Abbach : 70 km. Le soleil est revenu et la route est de plus en plus belle !
Jour 25 : de Schönbühel à Klosterneuburg, à 10 km de Vienne : 98 km. Ça y est ! Première capitale atteinte ! Après avoir affronté le vent (ou plutôt le sèche-cheveux) qui nous ralentit, nous arrivons aux abords de la capitale Autrichienne, disons-le : épuisés.
Jour 30 : de Komaron à Budapest : 126 km. Record battu !! On voulait arriver rapidement dans cette troisième capitale, destination finale de la plupart de nos condisciples cyclo-randonneurs.
Jour 36 : de Kopacevo à Ilok, en passant par Vukovar : 85 km. Deuxième et dernier jour en Croatie, et nous regrettons déjà de ne pas nous y attarder plus tant les personnes rencontrées sont sympathiques et souriantes.

Jour 37 : d’Ilok à Surduk : 97 km. Et le début des dégâts. Le coupable ? La pluie probablement…En résumé, notre escapade par l’itinéraire bis nous aura valu : 3 chutes en tandem, 1 porte-bagage avant cassé, une progression de 7 km en 2 heures, et tout ça sous la pluie et les grondements du tonnerre. Heureusement pour nous, rien n’a pu ébranler la bonne humeur de Romain, dont la devise est « chante et garde le sourire même dans les difficultés ».
Jour 43 : de Brza à Simeonovo : 106 km. Point chiffres: record de vitesse atteint à 62km/h ; barre des 3000 km franchie (3024 km exactement).

Jour 51 : de Biser à Edirne (Turquie), en passant par la Grèce : 76 km.

1 mois et 20 jours, 3634 km, beaucoup d’amour, et une aventure qui s’achève en Turquie. »

Retrouvez tout le voyage en tandem et remorque Aevon de Sarah et Vincent sur : http://sarahvincent.jimdo.com/journal-de-bord/
voyage à vélo

03 juin

Par

No Comments

La remorque Aevon chez Cyclable

3 juin 2015 | Par | No Comments

cyclable-logo-1422347785

Cyclable est un réseau de 25x magasins situés en centre-ville.
Spécialisés dans le vélo de ville et le voyage à vélo, Cyclable sélectionne uniquement des produits de qualité et des produits innovants nécessitant peu d’entretien.
5000x utilisateurs choisissent leur vélo à Cyclable chaque année.

Désormais ces utilisateurs pourront choisir leur remorque Aevon également, les seuls remorques en alu avec un système de fixation sur la tige de selle hyper maniable.
Faire demi-tour avec sa remorque, prendre les single tracks en montagne, c’est possible uniquement si vous choisissez la marque Aevon.

cyclable

22 mai

Par

No Comments

La KIT L80 élue meilleure remorque vélo au monde !

22 mai 2015 | Par | No Comments

Pour son magazine hors série 2015, Carnets d’Aventure, spécialiste du voyage non-motorisé, a testé 10x remorques à vélo de marque différentes.

Robustesse, facilité d’utilisation, confort de pilotage, volume et poids utiles, facilité de transport et poids à vide étaient les principaux critères de sélection.

La KIT L80 obtient la meilleure note grâce à son comportement excellent en mode toute-terrain, sa robustesse, sa légèreté et sa fixation sur la tige de selle.
Seul bémol, le montage peut s’avérer un peu technique pour les non-initiés.

La KIT L80 reste le seul modèle du marché en alu, facilement pliable et donc transportable pour vos voyages à vélos au bout du monde.

Elle existe désormais en modèle électrique 250w !
voyage à vélo

remorque à vélo

09 oct.

Par

No Comments

Testez la KIT L80 au Roc d’Azur

9 octobre 2014 | Par | No Comments

La KIT L80 est la seule remorque à vélo capable de vous suivre jusqu »au bout du monde et d »être pliée en 4 minutes pour prendre l »avion avec vous.

Disponible à nouveau à partir du mois d »avril 2015, vous pouvez la tester au Roc d »Azur à Fréjus cette semaine (du 8 au 12 oct 2014).

Très légère (5.5kg), très pratique, vous pourrez charger jusqu »à 35kg de bagages en conservant la maniabilité de votre remorque.
Grâce à son cadre alu, elle vous suivra dans vos sorties sportives en tout-terrain aussi bien que dans vos voyages autour du globe.

Notre équipe sera Taciturn, even shy, he does not really need outward signs of stardom like a hard-line leo love horoscope would. ravie de vous rencontrer stand D18.

012
55