Image Image Image Image Image Image Image Image Image

bike travel

11 oct.

Par

No Comments

Sur les traces de Pablo

11 octobre 2017 | Par | No Comments

Après Panama City, Bertrand a tout de suite trouvé une traversée pour lui, son vélo et sa remorque Aevon STD 100.

Son objectif était de s’arrêter un ou deux jours à Panama City afin d’organiser la traversée jusqu’en Colombie en voilier.

Une agence lui propose la traversée sur 5 jours avec un détour par les îles San Blas pour 550$, un peu trop élevé. Finalement, Santiago, un colombien qui réalise la traversée à son compte lui propose un départ le lendemain après-midi. Départ donc le lendemain matin pour une bonne journée à vélo afin de rejoindre le départ de Puerto Lindo.

« Pour gagner un peu de temps sur la route, j’essaye de raccourcir le trajet pour ne pas arriver trop tard sur Puerto Lindo. L’option qui s’offre à moi est un bout d’autoroute qui raccourcit de quelques 20km la distance totale. Dans bons nombres de pays d’Amérique Centrale, un vélo sur une autoroute ça passe large !

Passage du péage, le gars en poste lève à peine le regard de son téléphone. Quelques kilomètres plus loin ce sera un poste de police sur le bas côté. Pareil, je passe, pas de réaction.

Quelques kilomètres plus loin, un pick-up me dépasse, un officier m’ordonne de m’arrêter… La prochaine sortie est à 25km mais il me dit de sortir tout de suite. Il faut que j’aille jusqu’à la sortie. Il file voir le chauffeur du pick-up et revient me dire de charger le vélo et ma remorque STD 100 dans le pick-up. Je profiterai donc de 25km en pick-up climatisé à discuter avant de reprendre la route sous une pluie qui me suivra jusqu’à ma destination… »

Bertrand passe par la seule borne WIFI du village, pas de message de Santiago, pas de nouvelles.
La fin de journée approche, il décide de filer côté marina pour expliquer son cas. Le capitaine du voilier ‘La Sangria’ accepte de l’emmener le lendemain.

« Je travaillerai donc sur le voilier le temps de naviguer jusqu’à Cartagena. Le Sangria lèvera l’ancre le lendemain matin après une nuit forte en pluie, orages et vents, résidus de l’ouragan qui s’abattait quelques jours auparavant sur les îles Saint Martin, Saint Barth & Barbuda… »

dsc06752

Bertrand passera trois jours à naviguer entre les îles San Blas en y jetant l’ancre à quelques reprises pour les admirer. Au passage, il rencontrera le voilier de Santiago…
Arrivée à Cartagena, jour de la visite du pape, le capitaine propose à Bertrand de rester loger sur le bateau le temps qu’il faut caril ne doit pas repartir avant le 18 octobre.

voyage à vélo

11 sept.

Par

No Comments

La STD 100 autour du lac de Constance

11 septembre 2015 | Par | No Comments

Michel est parti quelques jours en voyage à vélo autour du lac de Constance avec sa remorque STD 100. Il nous fait partager son témoignage :
 
« C’est bien naturel de vous partager ce retour d’expérience, ayant moi-même bénéficié de nombreux témoignages comparatifs sur internet. De retour d’un tour du Lac de Constance, voilà mes impressions: la remorque ne se sent pas sur le plat, tant sur route qu’en tout chemin. Lorsque j’ai voulu l’accrocher au vélo la première fois, j’ai réduit mon ambition: la remorque trop chargée en hauteur, basculait sur le côté; en la chargeant à ras bord, c’était tout bon (25 kg à la balance+8 pour la remorque et le sac).
 
Un site vous dirait il faut savoir voyager léger, un autre de se limiter à tracter la moitié de son poids, j’ai pris compte de ces recommandations. A la première longue côte, la seule en fait sur le tour, j’étais content d’arriver en haut, et d’avoir réduit le chargement.
 
- Pour faciliter l’accroche du timon à la tige de selle (en alu) j’ai mis le vélo et la remorque à plat sur le côté, ôter la tige de selle pour glisser le tube dans l’attache remorque.
La selle une fois solidaire du timon,j’ai aligné la tige de selle pour la glisser dans le cadre. Cela m’a semblé plus aisé que de chercher l’alignement de l’axe de l’attache remorque d’une main, en l’air, avec le poids de la remorque.
 
- L’amortisseur fonctionne bien au vu des marques indiquant la course de travail du piston, et des sensations.
 
Comme lu par ailleurs, ne pas considérer qu’on emporte plus que dans des sacoches, mais c’est nettement meilleur en terme d’équilibre, ou que de transporter cela en sac à dos.
Côté encombrement: j’ai monté les escaliers de la gare (avec de l’aide) et pris le bateau. Apres avoir détaché la remorque, en prévoyant son coup c’est bon, si il n’y a pas trop d’affluence.
Ce serait à refaire, je ne changerais rien, pas de regret que du plaisir, et de l’énergie dépensée.
Je commence à regarder d’autres circuits pour la prochaine fois.
Merci à l’équipe Aevon »
 
voyage à vélo

voyage à vélo

remorque à vélo

remorque vélo

22 mai

Par

No Comments

La KIT L80 élue meilleure remorque vélo au monde !

22 mai 2015 | Par | No Comments

Pour son magazine hors série 2015, Carnets d’Aventure, spécialiste du voyage non-motorisé, a testé 10x remorques à vélo de marque différentes.

Robustesse, facilité d’utilisation, confort de pilotage, volume et poids utiles, facilité de transport et poids à vide étaient les principaux critères de sélection.

La KIT L80 obtient la meilleure note grâce à son comportement excellent en mode toute-terrain, sa robustesse, sa légèreté et sa fixation sur la tige de selle.
Seul bémol, le montage peut s’avérer un peu technique pour les non-initiés.

La KIT L80 reste le seul modèle du marché en alu, facilement pliable et donc transportable pour vos voyages à vélos au bout du monde.

Elle existe désormais en modèle électrique 250w !
voyage à vélo

remorque à vélo