Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Voyage à vélo

22 oct.

Par

No Comments

Voyager avec son chien

22 octobre 2019 | Par | No Comments

Katrin a l’habitude de voyager avec son chien Napoli. Elle nous raconte son expérience de voyage à vélo avec une remorque Aevon.

Quand Katrin a testé sa remorque UNO 100 pour la première fois, elle l’a utilisé pour transporter ses bagages. Pour elle, c’était la solution idéale pour voyager à travers les Alpes avec sa tente et ses affaires. Et lorsque vous restez au même endroit quelques jours, il vous suffit de dételer la remorque et de partir en balade à vélo visiter le coin.

Katrin a choisi la UNO 100 plutôt que la STD 100 car le cadre de la UNO 100 est plus bas et permet à Napoli de grimper par lui-même facilement. La remorque UNO 100 n’est pas équipée d’un amortisseur, elle a donc installé un matelas épais pour que Napoli puise s’asseoir ou se coucher.
Sur des trajets un peu cahotiques, Napoli a quand même plutôt tendance à s’asseoir plutôt que de s’allonger.

 

« J’étais très excitée à l’idée d’essayer la remorque. Lorsque j’ai recherché sur le web une remorque à vélo à une seule roue, je n’ai pu trouver aucune information. Les vidéos que j’ai trouvées montraient soit un chien attaché fermement dans sa remorque, ou des chiens bien plus petits que le mien. »

La remorque UNO 100 n’est pas prévue pour transporter un chien à l’origine mais elle remplit cette fonction parfaitement. Soyez juste prudent lorsque votre chien bouge dans la remorque, cela peut devenir inconfortable surtout si vous roulez vite, en descente par exemple. Vous devez vous habituer aux mouvements de votre passager.

Sur Instagram, Katrin a trouvé cette photo magnifique de Frida et Tilda, à bord d’une remorque Aevon STD 100. Les chiens sont petits et rentrent à deux dans la remorque. Leur maître a prévu une espèce de sac de transport en cas de freinage sec. Cela les protège aussi de la pluie et du soleil.
dog trailer

27 juin

Par

No Comments

1600km à vélo en Uruguay et au Brésil

27 juin 2019 | Par | No Comments

Nous retrouvons Bertrand accompagné de son frère à Colonia de Sacramento en Uruguay. Son objectif : parcourir 1600km à vélo jusqu’à Florianopolis.
 
voyage à vélo

Très rapidement les deux frères sont charmés par l’accueil et le calme des Uruguayens. Ils passent la première nuit au petit village de la Paz où ils campent au club nautique du village.

Les premiers jours à vélo sont très humides, ce qui pousse les deux cyclistes à appuyer plus fort sur les pédales pour faire défiler les kilomètres.
 
remorque à vélo

voyage Uruguay

Au bout de la première semaine, le duo atteint la côte Uruguayenne, l’occasion de prendre une journée de repos. Là-bas le soleil « ressemble à celui qu’on a chez nous…  »

De retour sur la selle, les cyclistes passent la frontière avec le Brésil, accueillis par un fort vent de face et de longues lignes droites.

« Le climat au Brésil est beaucoup plus sec qu’en Uruguay mais surtout beaucoup plus chaud et ensoleillé… Pour le moment l’hiver ne se fait pas du tout sentir. Nuits fraîches et journées ensoleillées et chaudes, de quoi parfaire notre bronzage. Les palmiers feront gentiment leur entrée dans le paysage quotidien, au même titre que les chemins latéraux sablonneux, synonymes toujours d’une plage pas très lointaine… Les cases aux couleurs et aux ambiances tropico-caribéennes feront aussi leur apparition… »

Une pause s’impose au niveau de Rio Grande do Sul, avant de prendre le ferry pour sortir de la baie industrielle de la ville.

« Le paysage évolue. On se croirait dans les Landes. Des lignes droites, du sable et des pins partout… qui nous aident pas mal puisqu’ils nous coupent de temps en temps du vent latéral assez fort… »

Les deux frères roulent en direction de Florianopolis qui marquera la fin de ce voyage à vélo de deux ans et demi avec une remorque STD 100.

voyage

A Araranguá, une pluie diluvienne oblige les deux frères à prendre deux jours de pause. La première journée voit tomber l’équivalent de pluie d’un mois en temps normal.

« Ici aussi, en discutant avec les locaux, on se rend compte que le changement climatique est présent chaque jour un peu plus…  »

remorque AEVON
Reprenant la route, les deux frères verront au loin la ville qui marquera la fin de ce trajet long de 1650km.

« Cette dernière journée de vélo ne me laissera pas trop le temps de penser, d’analyser, de réagir face à cette ‘news’ de ‘dernière journée de vélo du trip. En effet nous sommes en plein dans l’agglomération de Floripa avec tout ce que cela implique et surtout un trafic dense qui ne laisse pas trop de place à la déconcentration. Aucun accident en bike sur le trip, ce serait ballot de tout gâcher maintenant… »

A leur arrivée, les deux frères se trouvent une auberge à 50m de la plage. Le mois à venir sera consacré à profiter des vagues.

« C’est toujours une belle sensation de poser le bike, et ce pour un mois. C’est toujours un peu comme une sensation de ‘vacances’ à l’intérieur de ce périple…

Je vous entends déjà râler en vous disant que ça fait deux ans et demi que je suis en ‘vacances’… Détrompez-vous, c’est un voyage… Il m’a permis de sortir de ma zone de confort, de ré-apprendre à apprécier les choses & plaisirs simples, de vivre avec peu, d’arrêter de m’imposer des limites ou freins bien loin de nos capacités réelles.

Bref, pas d’épilogue sur le sujet, on en discutera de vive voix à partir d’octobre prochain avec une bière pour celles et ceux que ça intéresserait de discuter le bout de gras… « 

04 juin

Par

No Comments

Voyager en France en remorque KIT L80

4 juin 2019 | Par | No Comments

Philippe Calas vient de publier son guide de voyage à vélo : « De Royan à Toulouse » aux éditions Rando éditions, guide dont l’un des personnages principaux n’est autre que la remorque KIT L80.
remorque à vélo

Passant par Bordeaux et Agen, ce voyage à vélo se fait en 5 à 10 jours selon votre rythme de pédalage. Quelques propositions de randonnées complémentaires vous permettront de découvrir l’estuaire de la Gironde, de faire un tour du bassin d’Arcachon, de vous balader dans les domaines autour de St Emilion ou encore de faire un crochet par Montauban.

Le tour d’Arcachon vous emmènera de Lacanau au Cap-Ferret, puis vous traverserez le bassin pour une escale à Arcachon avant de faire le tour du bassin à vélo et de reprendre les pistes cyclables jusqu’à Lacanau. Une étape très agréable d’environ 140km à ne pas manquer.

voyage à vélo
 

Ne ratez pas non plus l’étape qui vous permet de visiter la jolie ville de St Emilion pour y visiter la plus vaste église souterraine d’Europe, creusée dans un unique bloc de pierre.
vélo

A l’occasion de ce joli voyage, la remorque KIT L80 a pu embarquer à bord d’un TER.
voyager
Rappelons que cette remorque à vélo est entièrement pliable, ce qui vous permet de l’emmener avec vous en avion, en train ou facilement dans le coffre de la voiture.

Pour acheter le guide, RDV ici.
Pour découvrir le site web développée par Philippe Calase sur le Canal du Midi à vélo, RDV ici.

13 mai

Par

No Comments

Vélo ou snowboard ?

13 mai 2019 | Par | No Comments

Faire du vélo ou du snowboard ? Jack ne choisit pas, il fait les deux !
aevon trailers
Jack Butler est l’un des participants du Sun Trip 2018. Au retour de son aventure, il a décidé de passer l’hiver en Suisse où il a travaillé dans un restaurant en montagne. Il a ainsi pu profiter de la neige pour s’adonner à sa passion du snowboard pendant son temps libre.

Sa remorque Aevon lui a permis de tester plusieurs stations de ski dans les environs. Le snowboard est tout simplement sanglé sur le berceau de sa STD 100.

Il nous offre quelques images de ses virées en montagne :

 

Par la suite, sa route le mènera vers les Pays-Bas, un pays dans lequel il aime beaucoup faire du vélo puisque les pistes cyclables s’y prêtent parfaitement. Il retournera passer quelques jours en Angleterre avant de revenir pour le tour de France.

Il s’est d’ores et déjà inscrit pour le Sun Trip 2020, en duo avec Auguste Colle. Lors du dernier Sun Trip, Auguste avait été contraint d’abandonner pour des raisons techniques. Il participait à l’aventure accompagné de son frère. Jack avait terminé au bout de 64 jours avec le prix du jury en poche.

12 mars

Par

No Comments

De El Calafate à San Sebastian en vélo

12 mars 2019 | Par | No Comments

Bertrand voyage en STD 100 du Mexique jusqu’en Ushuaïa.
Pour cette partie du voyage, Bertrand est accompagné de Lupe, cycliste courageuse puisqu’elle n’a jamais fait plus de 50km à vélo. Ce tronçon s’annonce donc particulièrement sportif.

voyage à vélo

Les premiers jours à vélo sont ce que Bertrand appelle : « un vrai cadeau de la Pachamama. Peu de vent et un soleil de fou accompagné de fortes chaleurs. 30 degrés au thermomètre dans le sud patagonien. Plus de 100 ans qu’ils n’avaient pas eu de telles températures« .

Pour passer la frontière entre le Chili et l’Argentine, Bertrand et sa partenaire de voyage sont contraints de consommer tous leurs fruits et légumes. En effet, il n’est pas possible de traverser la frontière avec des produits frais, du fromage ou encore de la viande.

« Lupe tient bien le choc et s’habitue rapidement à la routine vélo. Elle ne manque pas d’énergie et de tempérament. De plus, on a eu assez de chance sur ce tronçon avec à chaque fois des zones de bivouac très accueillantes avec quasi tout le temps une rivière ou un lac pour se rafraîchir après une bonne journée. »

remorque à vélo

Au bout de 5 jours à vélo et en bivouac, les deux voyageurs font une halte bien méritée à Puerto Natales.
Ils y sont hébergés par une amie chilienne pour 3 jours de dégustation et un peu de cuisine pour préparer quelques pâtisseries pour les jours de vélo à venir.

Ils traversent ensuite le détroit de Magellan en bateau, direction l’île de la ‘Terre de Feu’ !

Pour éviter un vent de face assez virulent, ils décident de pédaler sur les grands axes plutôt que de traverser l’île. La vue donne sur la baie et les falaises magnifiques qui la bordent.

voyage à vélo

Après deux jours de pédalage, ils arrivent au poste de contrôle de San Sebastian.

05 févr.

Par

No Comments

A vélo au Chili

5 février 2019 | Par | No Comments

Retrouvons Bertrand, notre voyageur à vélo d’Amérique Latine, filant en direction d’Ushuaïa.

Il se souviendra longtemps de son arrivée au Chili, marquée par 5h de vélo sous la pluie et d’une belle crevaison.
« Cette journée me fera plier et je céderais donc à une nuit dans une auberge de jeunesse au sec avec douche et un peu de chaleur pour sécher l’ensemble de mes vêtements. »

Le soleil refera son apparition pour éclairer la Patagonie Chilienne, une merveille. « On est là, pauvre petit être au milieu de cette immensité, quasi seul pour en profiter… »

Avant de retourner sur la fameuse Carretera Austral, cette route longue de 1 240km à travers la Patagonie, Bertrand fait une halte dans un petit village du nom de Villa Santa Lucia. Ce village a subi une grave catastrophe l’année précédente, la moitié du village étant emportée par une coulée de boue. C’est un pan de glacier qui s’est décroché et a causé la rupture d’une partie de la montagne, entraînant la boue jusqu’au village. Rappel que même au fin fond de la Patagonie, le réchauffement climatique se fait sentir.

S’enchaînent alors plusieurs jours de vélo au soleil sur la Carretera Austral jusqu’à Coyhaique, la plus grande ville de Patagonie (55 000 habitants.) La route est agréable, très peu fréquentée, elle sillonne entre montagnes et cours d’eau.
« C’est peut-être la plus belle portion qu’il m’ait été donné de voir et parcourir durant ce trip, jugez par vous-même. »
remorque pour velo
voyager à vélo
aevon

Bertrand aura la chance de découvrir des cavernes de marbre au bord d’un lac, une petite excursion touristique qu’il partage avec nous.
remorque Aevon
bike trip

Arrivé au village de Cochrane, Bertrand décide d’y passer le weekend pour cause de mauvais temps. ll profitera de cette halte pour participer avec les locaux au tournoi de ‘Truco’. Il s’agit d’un jeu de carte local. « Autant dire que le folklore local était bien présent. Un bon moment passé. »
voyage au Chili
Retour sur les routes qui mèneront Bertrand à son premier ferry. La Carretera Austral comporte trois tronçons de ferry.
voyage à vélo

Suite au prochain épisode.

22 janv.

Par

No Comments

A vélo en Argentine

22 janvier 2019 | Par | No Comments

Voici les dernières nouvelles de Bertrand, notre voyageur à vélo d’Amérique du sud.

Bertrand a fait une pause de quelques mois à Bariloche, en Argentine.
Bariloche est bien localisé avec plusieurs spots de grimpe différents. Bertrand a eu l’impression de retrouver un Annecy local, un endroit où on peut facilement profiter des activités de la montagne et prendre une petite bière en fin de journée :-) .
voyage à vélo
Durant cette pause dans son aventure, Bertrand a pu partager son expérience grâce à 2 interviews télévisées, la première pour une chaîne locale : Winter Channel et la seconde pour une chaîne de sport couvrant toute l’Amérique Latine : Fox Sport Channel Latino America.

Une école publique locale a également organisé une rencontre avec des élèves de CM1/CM2 pour discuter de voyage. Bertrand a choisi de parler du respect de l’environnement, de l’importance des langues et de la réalisation de ses projets personnels. Une jolie rencontre qui lui donne envie de renouveler l’expérience à son retour en France.

voyage en Argentine

Après ces quelques mois de pause, Bertrand se retrouve de nouveau seul sur la route, direction El Chalten, plus au sud, pour environ 1400km et pas mal de dénivelé.

remorque à vélo
« Ces 4 jours en Argentine sont magnifiques. Je passe par le Parc National de Los Alerces. Par chance, pas de pluie sur ces tronçons, de quoi apprécier à fond l’environnement dans lequel je me trouve et la beauté de celui-ci. On m’avait prévenu de la beauté du Paso Futaleufú, et bien je dois dire que je ne suis pas déçu. Une longue vallée sillonne entre des montagnes et finit par se rétrécir pour n’y laisser passer qu’une rivière, le río Futaleufu. »

voyager à vélo

remorque pour vélo

Nous retrouverons Bertrand au Chili pour le prochain épisode.
voyage à vélo

15 janv.

Par

No Comments

Test de la UNO 100 en Allemagne

15 janvier 2019 | Par | No Comments

Hans a décidé de tester la remorque Aevon UNO 100 après l’avoir découverte à l’Eurobike 2018.

remorque à vélo

« Cette année à l’Eurobike, j’ai découvert le stand Aevon. Leurs remorques à vélos sont faites pour les single-tracks, contrairement aux remorques qu’on a l’habitude de voir. J’ai décidé de tester la UNO 100, le modèle low-cost de la gamme. Elle est en aluminium et prévu pour un usage sur route.

Lorsque vous recevez votre remorque vous devez installer le timon (qui relie la remorque au vélo) ainsi que la roue arrière et son garde-boue. C’est fait en quelques minutes. Je recommande l’option de l’attache-rapide pour l’attelage, elle permet d’atteler et dételer rapidement la remorque sans avoir besoin d’outils. Si vous partez pour de longs périples, je pense que c’est indispensable.

Je suis d’abord parti pour une balade d’une quinzaine de kilomètres autour de chez moi en Allemagne. J’ai tout de suite pris une côte de 4km avec un pourcentage de 7% et j’ai été agréablement surpris. On ne sent pas vraiment la remorque derrière soi (mis à part son poids en côte.)

voyage à vélo
J’ai ensuite testé la UNO 100 dans le cadre d’un usage quotidien, chargée, pour faire mes courses et pour mes sorties chaque jour. J’ai testé les pistes cyclables que je parcourais d’habitude. Le vrai challenge est le même que pour n’importe quel cycliste régulier : c’est de partager la route avec les autres usagers. Lorsque vous êtes équipé d’une remorque vous devez garder en tête que votre équipage est plus long que d’habitude, surtout lorsque vous prenez un virage.

Ma conclusion : la UNO 100 est agréable à utiliser. Vous devez juste vous habituer à cet équipage et adapter votre façon de faire du vélo. »

04 déc.

Par

No Comments

En VTT, à travers l’Europe

4 décembre 2018 | Par | No Comments

C’est en lisant régulièrement des récits de voyages dans le magazine Carnets d’Aventure que Nicolas a décidé de profiter de la vie autrement, en partant en voyage à vélo pendant 1 an.

L’idée était de s’immerger en pleine nature, loin du tumulte de la civilisation. S’amuser et se dépenser, tout en limitant l’impact de l’aventure sur l’environnement.

Nicolas est parti seul, espérant trouver des compagnons de voyage sur la route, peut-être des gens lisant ce blog ou son aventure sur le site Expemag.

Pourquoi l’Europe ?

« L’avantage de voyager en Europe c’est que cela permet de partir et de revenir chez soi, pour repartir ensuite dans une autre direction. » L’Europe offre une grande diversité de milieux naturels et de cultures. On peut aussi y trouver des conditions climatiques favorables.

Voyager oui, mais comment ?

En VTT, accompagné d’une remorque tout-terrain, le modèle KIT L80, pour transporter le matériel nécessaire au voyage ainsi que le matériel de pêche et un ukulélé :-) .

Nicolas a fait ses premiers tests en Ardèche :
voyage à vélo
remorque à vélo

Le voyage a démarré en septembre par un trip dans les Alpes avec une première semaine particulièrement physique.

« Je pratique le VTT régulièrement en montagne et depuis presque 10 ans. C’est ce qui m’a orienté dans mon choix de mode de voyage et de parcours.
Malgré tout, avec une remorque à vélo et le chargement, c’est une nouvelle expérience technique et physique.
 »

Avec une remorque, il est conseillé d’évaluer la qualité des chemins en descente. Pousser 35kg de chargement peut devenir assez épuisant. Nicolas conseille, pour préserver le matériel et le pilote, de respecter un niveau maximum de descente de T3 (échelle de difficulté VTTOUR.)
voyage europe

La météo a été particulièrement clémente durant cette première semaine. Une seule journée orageuse a fait dévier l’itinéraire pour une route et un col moins élevés que prévu.
remorque à vélo
voyage à vélo

Direction la Suisse pour la prochaine étape de ce périple.

04 sept.

Par

No Comments

Voyager à vélo

4 septembre 2018 | Par | No Comments

Après 6 mois de vélo quasi non-stop, c’est le moment de faire une pause pour Bertrand. Le moment aussi de nous faire partager son plaisir de voyager à vélo et à remorque Aevon.

remorque à vélo

Voyager à vélo pour Bertrand c’est être en mouvement permanent, un moyen de mettre la routine à distance. On ne peut qu’avancer. S’arrêter revient à chuter ou à rester temporairement en équilibre. « Le mouvement est de mes éléments moteurs et motivateurs. »

C’est aussi un moyen de montrer sa résistance (physique et mentale) et de clamer haut et fort son attachement à la cause environnementale. Voyager à vélo c’est assumer ses propres choix. C’est aussi, par la force des choses, se dépasser physiquement.

Avant tout, pédaler est régulièrement cité comme un synonyme de liberté. Liberté de mouvement, de choix, de direction et d’envies. On peut décider la veille de la route du lendemain, aucune contrainte et aucune restriction.

Enfin, le vélo semble transmettre tout naturellement un sentiment de paix intérieure. On retrouve aussi cette sensation avec les paysages magnifiques rencontrés en voyage avec une nature omniprésente.

Les 6 derniers mois de voyage ont permis à Bertrand de valider ces valeurs au quotidien. Il est l’heure tout de même de s’accorder une petite pause et de laisser vélo et remorque se reposer quelques semaines. Ce sera l’occasion de retrouver les joies de la montagne et du ski entre amis, et pourquoi pas de faire la rencontre d’autres voyageurs. En pratiquant le ‘couch-surfing’ (qui permet de dormir chez l’habitant gratuitement), Bertrand a rencontré de nombreux voyageurs comme lui lorsqu’il vivait à la Rochelle ou tout au long de ses voyages. C’est une très bonne façon de créer du lien et c’est avec des personnes rencontrées de cette manière qu’il passera le mois de septembre.

Bertrand reprendra donc la route en octobre pour de nouvelles aventures.